Message d'erreur

  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in menu_set_active_trail() (line 2405 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).

L'Etat marocain reconnu coupable de négligence médicale envers un de ces citoyens.

  • 01 mai 2015

  • Par : pharmapresse

  • Tags :

Sept (7) ans après le décès de la jeune fille Chaima Kamrani à l'hôpital Al Farabi de Oujda à cause de négligence et manquement du personnel médical de cet hôpital, la cour administrative d'appel de Rabat a confirmé, le jeudi 16 Avril, le jugement du tribunal administratif de première instance d'Oujda.

Le tribunal administratif de première instance d'Oujda avait condamné en 2012 l'Etat marocain en la personne du premier ministre et du ministre de la santé à verser à la famille de la jeune fille une indemnisation de dommage et de réparation de 800.000 dirhams.. Le jugement s’est référé aux contenus de chartes et conventions internationales et à la déclaration universelle des droits de l’homme qui procure à tout individu le droit à la vie et à la sûreté de sa personne.

Dans le détail de cet événement tragique et malheureux , la jeune Chaima était une fille vulnérable car elle avait déjà subi trois opérations chirurgicales avec succès grâce à la bienveillance et le suivi médical de ses parents.

En attendant de subir une dernière opération à Paris, la jeune Chaima vivait en bonne santé avec ses parents à Oujda. Seulement à la suite d'un simple saignement dans le nez, la vie de la famille Kamrani va basculer le 7 janvier 2009 à l'hôpital Al Farabi d'Oujda.

Au service des urgences on lui place un bandage pour arrêter les saignements sans aucune consultation par un médecin malgré la présentation de son dossier médical par le père. Au retour à domicile de la famille , les saignements reviennent . En respectant la consigne de santé du médecin traitant de Chaima ( exerce à Rabat ) qui consiste à mettre rapidement la malade sous oxygène, le père retourne aux urgences de l'hôpital, mais malheureusement il n'y avait ni oxygène ni cardiologue, ni pédiatre ni anesthésiste. Elle était refusée dans le service de pédiatries et de cardiologie faute de l'absence des médecins de garde de ses spécialités . Abandonnée à cause de négligence et manquement du personnel médical, la jeune fille Chaima Kamrani est décédée le lendemain.