Message d'erreur

  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in menu_set_active_trail() (line 2405 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).

Le RAMED : un système de santé « à deux vitesses »

  • 01 juin 2015

  • Par : pharmapresse

  • Tags :

Le sujet de la santé publique a suscité, et suscite toujours, de nombreux débats dans notre pays.

L'insuffisance, quantitative et qualitative des ressources humaines, financières et logistiques dans les hôpitaux publics, est la conclusion amère de nombreux spécialistes. Ces maigres acquis sont loin de porter les changements dont notre système de santé aurait besoin et répondre aux aspirations de l'ensemble des marocains, y compris ceux qui ont bénéficié de la carte RAMED (Régime d'Assistance Médicale). Selon des observateurs, c'est tout notre système de santé qui doit être réformé et repensé. Nous savons que l'échec plane sur le système d'assurance maladie pour les démunis " RAMED" . L'absence d'un budget conséquent et l'insuffisance des ressources humaines et logistiques dans les hôpitaux publics poussent nombreux hôpitaux marocains au bord de la faillite ou de la cessation de paiement. Les soins dispensés par les CHU aux patients bénéficiant du RAMED ont représenté un manque à gagner de l'ordre de 10 milliards de dirhams durant l'année 2014, ce manque va augmenter encore plus durant l'année 2015.

Y a-t-il des solutions à cet épineux problème? .

D'après des spécialistes, sans parler de l'absence d'un budget réservé au RAMED, ce système consacre les disparités en matière de santé des citoyens. Nous sommes confrontés à l'instauration d'un système de santé à deux vitesses. Les cliniques pour les riches et les hôpitaux pour les pauvres. La santé est un droit inscrit dans notre constitution, à l'État d'assumer sa responsabilité envers le citoyen.

L'association avec le service privé?

D’autres spécialistes, affirment qu’il est temps pour que le secteur privé soit engagé dans cette stratégie visant le renforcement des services de santé, notamment par la forte volonté exprimée par un groupe de médecins privés de faire soigner les patients indigents ayant bénéficiés du programme RAMED, et ce avec les mêmes privilèges offerts par ce programme dans les hôpitaux publics, ce qui donnera le droit aux patients de choisir le médecin qui leur semble approprié pour leur situation, ainsi cette stratégie de coopération entre le secteur public et privé va permettre à l’Etat d’atténuer le degré de pression dont souffre l’ensemble des hôpitaux publics. Le syndicat national des médecins du secteur libéral, affirme que les médecins du secteur privé ont déjà déposé une note dans laquelle ils ont exprimé leur volonté de soigner les citoyens indigents au même coût que celui pratiqué au secteur public. Selon Monsieur BENNANI ENNACIRI, président de ce syndicat, « nous avons demandé ça depuis longtemps, et les médecins du secteur privé sont prêts à donner les soins aux patients avec le même coût que celui du secteur public, et à cet égard une proposition a été adressée au gouvernement, mais sans aucune réponse de retour. Cette proposition a été soumise à la fois à l'ancien Premier ministre Driss JETTOU et la ministre de la Santé dans le gouvernement d'Abbas El Fassi, Yasmina BADDOU, et Hussein OUARDI, le ministre actuel de la santé, cependant l'absence de dialogue sur ce point là, fait que l’opération de coordination entre les deux secteurs est encore loin d’être réalisée. ». Le secteur privé est prêt à s’engager pour alléger les souffrances des citoyens indigents, mais à condition que l’Etat se porte positivement avec l'offre en question. Il montre sa volonté de participer à la réforme du secteur de la santé, la balle est maintenant entre les mains du gouvernement, surtout que beaucoup de citoyens souffrent actuellement de maladies graves , et rencontrent des problèmes énormes. Offrir cette possibilité aux personnes indigentes, et ceux ayant la carte RAMED de bénéficier des services de santé dans le secteur privé, leur permettra de se soigner dans les meilleurs hôpitaux privés avec des prix convenables. Il s’agit donc de généraliser le traitement pour tous les citoyens quelle que soit leur situation sociale et leur statut, et de ne pas instaurer les disparités, car le droit à la santé reste l’un des droits les plus fondamentaux de la citoyenneté dans tous les pays du monde